Image default
Nature

Bonsaï, le monde fascinant des petits arbres en pot

Vous avez sans doute vu ces petits arbres qui inondent les grandes surface à la période du nouvel an chinois. Peut-être même avez vous vu une exposition organisée par un club ? Tout cela vous semble fascinant et vous avez envie de vous y mettre ? Voici les conseils essentiels

Bonsai d’intérieur ou d’extérieur ?

Combien de bonsaïs sont morts car ils ont été placés dans le salon à côté de la télé. Non, un bonsaï est avant tout un arbre et il vit à l’extérieur. Un bonsaï d’intérieur ça n’existe pas.

La confusion vient que certaines espèces, telles que les ficus (ou les carmona) sont des essences tropicales ou sub-tropicales. Elles ne supportent pas le gel. Pendant l’hiver il faut les protéger mais ce n’est pas une raison pour les laisser à l’intérieur tout au long de l’année car cela va finir par les tuer.

Car un arbre a besoin de lumière et d’une certaine humidité. Nos intérieurs sont trop sombres, avec peu de soleil direct, et ont une atmosphère trop sèche. Si vous vivez en appartement sans possibilité d’accès à l’extérieur, ce sera compliqué de faire du bonsaï. Mais un simple balcon suffit, et si vous avez un jardin alors ce sera l’idéal.

Quel bonsaï pour débuter ?

Lorsque vous commencer, nous vous conseillons d’acheter un érable bonsaï car c’est à la fois une espèce facile de culture et qui est magnifique tout au long de l’année. Au printemps ou à l’automne, son feuillage se pare de belles couleurs allant de l’orange au rouge.

Il existe des centaines de variétés d’érables, certaines plus sensibles au soleil que d’autres. Il faut se rappeler qu’en Asie, sa région d’origine, les érables poussent dans les sous-bois, à l’ombre des grands arbres. En bonsaï il faut donc les protéger du soleil et du vent qui va avoir tendance à brûler ses feuilles.

Une autre variété intéressante est le pommier. Par celui qui donne des pommes à manger mais orientez vous plutôt vers les variétés ornementales telles que le « Malus Everest » ou le « Malus Coccinella » qui font de toutes petites pommes. Au printemps, le bonsaï se recouvre de fleurs et c’est un véritable spectacle pour les yeux !

Les pins sont quant à eux plus difficiles de culture. La raison est qu’ils ne montrent pas facilement que tout va mal. Le débutant pense qu’il se porte bien et quand le bonsaï commence à montrer des signes de faiblesse, tels que des aiguilles qui jaunissent, il est trop tard. Il est souvent quasiment mort. Les pins en bonsaï sont donc réservés à des amateurs plus confirmés qui vont pouvoir déceler les problèmes dès les premiers signes.

Le bonsaï est un monde magique qui permet de se reconnecter avec la nature. Art pratiqué par quelques milliers d’amateurs en France, il permet de s’évader, de se vider la tête.

Related posts

Les villes véritablement durables sont une question d’équilibre

Tamby

S’occuper d’un cheval

Laurent

Le Bleu russe, un chat à l’allure élégante

Lina

Pourquoi suivre une formation dans le domaine de l’environnement ?

Journal

Avoir un chat en sécurité sans risque de s’échapper

Laurent

Prendre soin d’un chat sans qu’il ait de boule de poil

Laurent