Image default
Actualité

Du bio dans l’assiette : les raisons de s’y mettre

Les produits « bio » ont le vent en poupe. Ils font notamment l’unanimité auprès des producteurs, des défenseurs de l’environnement, mais aussi de plus en plus auprès des consommateurs. L’agriculture bio est une alternative à l’agriculture conventionnelle dite intensive, produite à grand renfort de pesticides (la France est le premier utilisateur européen de pesticides et se situe au troisième range à l’échelle mondiale), d’Organisme Génétiquement Modifié, d’hormones et d’antibiotiques, mais aussi ce mode de production est responsable à lui seul de 14.5% des gaz à effet de serre anthropiques (plus que les transports !). En marge, l’agriculture conventionnelle est également tenue pour responsable de la déforestation. Et si aujourd’hui, les trois quarts des productions alimentaires sont issus de systèmes intensifs aux effets dévastateurs sur la santé et l’environnement, en quelques décennies, elles se transforment en profondeur. L’élevage en plein air, les cultures de saison, les techniques agro-écologiques (assolement, rotation des cultures, permaculture notamment) notamment prennent peu à peu le dessus sur les modes de production bourrés de produits chimiques. Et pour cause, le BIO illustre la volonté grandissante de revenir vers une alimentation plus saine et naturelle. Et si les nombreux scandales sanitaires ont joué un rôle, le bio progresse d’année en année depuis 1999. C’est en effet l’opportunité d’adopter un mode de vie moins consumériste où « consommer » rime avec « qualité ». Gros plan sur les raisons de passer au bio si ce n’est pas déjà le cas.

Le bio à la loupe, le reconnaître

Un produit dit « bio » est élaboré à partir de matières premières issues d’au moins 95% de l’agriculture biologique. Concernant en particulier le mode d’élevage, l’alimentation est bio, le nombre d’animaux par unité de surface est limité. Exit donc la vision des animaux en batterie ! En fait, cela répond à des critères bien précis de respect de l’environnement. Le mode de production, de culture exclut totalement l’usage de produits chimiques (pesticides, herbicides et engrais chimiques notamment) et garantis le « sans OGM ». Qu’il s’agisse de l’exploitant, du fabricant, mais aussi du distributeur, chacun s’emploie alors à suivre la filière bio du début jusqu’à la fin. Et, pour distinguer ces produits des autres, il faut que l’une des mentions suivantes soit notifiée : logo AB, agriculture biologique, produit de l’agriculture biologique ou produit issu de l’agriculture biologique. Bien entendu, le nom de l’organisme certificateur (Ecocert, Agrocert, Aclave, Qualité-France, Ulase, Certipaq) doit également être mentionné. Des cosmétiques aux produits d’entretien, sans oublier la viande hachée 100% bio par exemple, il est possible de consommer exclusivement bio. D’autant, qu’il existe aussi des textiles bio.

Les bonnes raisons de passer au bio

Santé, bien-être animal, préservation des ressources, diminution des pollutions … le bio présente de nombreux avantages. 

Les produits bio, meilleurs pour la santé

En plus de contenir moins de pesticides, de métaux lourds, de molécules de synthèse ou génétiquement modifiées, les produits issus de l’agriculture biologique présentent plus de nutriments. Les produits bio contiennent des teneurs en polyphénols, en antioxydants, en vitamines, mais aussi en minéraux et en oligoéléments plus importants que les produits issus de l’agriculture conventionnelle. Ils présentent alors des qualités nutritionnelles plus intéressantes. Autant d’avantages qui permettent d’apporter tous les nutriments nécessaires et indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, mais aussi et surtout, de se prémunir des risques de maladies cardiovasculaires, neurodégénératives, mais aussi de certains cancers. En marge, les producteurs et ceux qui vivent aux abords de ces derniers ne sont pas en contact direct ou indirect avec les produits chimiques. Une étude conduite en île de France montre que l’utilisation de pesticides à la maison augmente le risque de cancer du cerveau de l’enfant notamment (S. CORDIER, MJ IGLESIAS, C Le GOASTER et al. Incidence and risk factors for childhood brain tumours in the Ile de France. Intl J Cancer 59 (1994)).

Les produits bio, meilleurs pour l’environnement

Comme le met en avant le rapport de l’ONU sur les changements climatiques, l’environnement est devenu un enjeu sociétal, le premier problème de l’Humanité. Passer au bio, permet alors de respecter l’environnement et de limiter notre impact. L’agriculture biologique respecte, restaure et entretient les équilibres biologiques. En marge, ni les fertilisations ni les désherbages ne se font à l’aide de produits phytosanitaires. L’agriculture biologique a alors un impact positif sur la qualité des eaux, la fertilité des sols, la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles. En marge, ce mode de production est moins gourmand en eau, ce qui permet de préserver ce que l’humanité a de plus précieux aujourd’hui. En effet, l’ONU a donné l’alerte : « le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % d’ici 2030 ». Autrement dit, la ressource en eau ne pourra satisfaire que 60% de nos besoins quotidiens d’ici 2030 ! Un stress hydrique qui ne touche pas que les pays en voie de développement.

Les produits bio, meilleurs pour les animaux

La biodiversité permet de restaurer les écosystèmes et par voie de conséquence de préserver la biodiversité. La faune sauvage se développe de nouveau. En outre, l’élevage bio permet de respecter le bien-être animal. Les exigences inscrites dans le cahier des charges du label bio sont strictes : les animaux foulent le sol, ont accès à l’air libre, ne sont pas entassés les uns sur les autres. En somme, les animaux ont aussi des droits. Le droit à une surface minimale, aérée, lumineuse dans les bâtiments notamment. Et, en cas de maladie, la phytothérapie, l’homéopathie sont des pratiques qui sont préconisées dans un premier temps.

Les produits bio, meilleurs pour l’économie

C’est un fait avéré, l’agriculture biologique génère environ 30% d’emplois en plus dans les exploitations. En effet, ce mode de production est plus exigeant et demande une main-d’œuvre plus importante. Cela permet aussi aux agriculteurs de générer un revenu suffisant pour vivre convenablement. Le bio permet aussi de valoriser une région, de faire perdurer des savoir-faire ancestraux. À l’heure où la demande de qualité environnementale est croissante dans le secteur du tourisme, les bénéfices du bio ont alors un impact à grande échelle.

Pour conclure, si l’agriculture biologique de par ses pratiques entraîne un prix supérieur en comparaison aux produits classiques, il n’en reste pas moins cela permet de créer des emplois, d’adopter une alimentation healthy, mais aussi de préserver l’environnement. En réduisant les pollutions, le coût pour le contribuable pour dépolluer est moindre … manger bio, c’est alors consommer autrement, de manière durable. Comme le dit souvent Greta Thunberg, « nous sommes à court d’excuses », autant passer maintenant aux actes et se mettre au bio tout simplement.

Related posts

Ecouter de la musique sur Apple Watch avec contrôle automatique

Odile

Comment la maison connectée valorise l’habitat

Christophe

Quels sont les métiers qui recrutent dans l’agriculture

Journal

Cheveux : 3 étapes à ne surtout pas oublier pour réussir un brushing

Tamby

L’évolution du métier d’hôtesse d’accueil

Odile

Hana G Bouakkaz présente Hatim Ammor au public Français !

Irene