Entreprises

Impression du livre : ses histoires et ses évolutions en 3 époques

Alors que les livres ont maintenant atteint le 21ème siècle avec la création du format de livre électronique de plus en plus populaire, nous avons pensé que ce serait une bonne idée de jeter un regard sur l’histoire longue et complexe de l’humble livre.

Des tablettes d’argile au format e-book, l’impression de beaux livres a connu une évolution remarquable. Voici un aperçu de cette histoire:

3500 av. JC – Symboles sur les tablettes

Les connaissances actuelles suggèrent que les toutes premières tentatives de transcription de symboles sur des matériaux mobiles étaient un ancien groupe de personnes appelé Sumarian qui vivait dans le sud de la Mésopotamie vers 3500 av. La Mésopotamie est un ancien nom de la région du Moyen-Orient qui s’étend des monts Zagros au nord-est aux contreforts des monts Anti-Taurus au nord-ouest et du golfe Persique au sud-est jusqu’au plateau d’Arabie au sud-ouest.

Les Sumariens ont mis au point un alphabet « cunéiforme » (un système composé de signes logophonétiques, alphabétiques et syllabiques consonantiques), dont les symboles ont été gravés sur des tablettes d’argile avec un stylet en forme de triangle appelé « Calamus », puis autorisés à sécher ou à être cuits. un four pour les faire durer le plus longtemps possible. On pense que les Sumariens ont été les premiers à utiliser le script Cuneform, qui est le premier système écrit connu au monde.

2400 av. JC – Le papyrus

Les premiers rouleaux de papyrus contenant des écrits remontent à environ 2400 av. J.-C., originaires d’Egypte (la cinquième dynastie du roi Neferirkare Kakai), bien qu’ils aient laissé entendre par les historiens que le papyrus aurait pu être utilisé dès la première dynastie (3100 av. JC).

Le papyrus est un matériau très épais ressemblant à du papier, fabriqué à partir du « cœur » (centre de la tige) du papyrus, une plante ressemblant à un roseau qui se trouvait en abondance le long du Nil. Cette « moelle » a été coupée en fines lanières, pressée l’une contre l’autre, puis collée et séchée pour former une mince surface plane sur laquelle on pourrait écrire. Encore une fois, un calame coupé dans la tige d’un roseau puis aiguisé était souvent utilisé pour scribe, mais les plumes d’oiseaux étaient également utilisées. De ce fait, on peut clairement dire qu’il s’agit de la première impression de beaux livres de l’histoire.

Les Égyptiens utilisaient ce matériau pendant des centaines d’années avant que les Grecs et les Romains ne finissent par adopter la technique. Ces rouleaux étaient enroulés et souvent contenus dans des tubes en bois afin de les protéger et les livres étaient fabriqués en collant ensemble un certain nombre de rouleaux d’une longueur pouvant aller jusqu’à 10 mètres ou dans certains cas encore plus (L’histoire du roi égyptien Ramsès III était de plus de 40 mètres de long).

Les livres étaient toujours déroulés horizontalement et le texte occupé de côté, divisé en colonnes. Cette méthode d’écriture a été largement utilisée jusqu’au 8ème siècle après JC.

600 av. JC – Système d’écriture normalisé développé

Vers cette époque, un consensus général de cultures méditerranéennes émergea lentement pour former un système d’écriture plus développé. Cela a favorisé le système de gauche à droite qui est maintenant la norme dans les cultures occidentales, bien qu’un certain nombre de scripts écrits utilisent le script de droite à gauche, notamment l’arabe et l’hébreu.

Avant que cela ne soit décidé, de nombreuses cultures ont écrit de gauche à droite, de droite à gauche, de haut en bas et même de haut en bas.

500 – 200 av. J.-C. – Parchemin

Le parchemin, un matériau fin fabriqué à partir de peau de veau, de peau de mouton ou même de peau de chèvre a été développé pour la première fois en remplacement du papyrus. Hérodote, l’historien grec qui a vécu au Ve siècle avant notre ère (considéré comme le « père de l’histoire » dans la culture occidentale) a décrit l’utilisation de la peau pour écrire comme étant courante à son époque. Selon le Roman Varro (un érudit et écrivain qui vivait entre 116 av. J.-C. et 27 av. J.-C.), le parchemin a été inventé sous le patronage d’Eumenes de Pergame (une ancienne ville grecque de la Turquie actuelle) en raison d’une pénurie de papyrus.

Le parchemin lui-même tire son nom de la ville de Pergame (la même ville grecque que Pergame) et il est connu pour avoir été perfectionné ici. Après la création d’une grande bibliothèque à Pergame (qui rivalisait avec la bibliothèque d’Alexandrie), les prix ont commencé à augmenter pour le prix du papyrus, même pour l’impression de livres religieux (en partie à cause de la raréfaction des roseaux de papyrus, car ils étaient surexploités), ce qui a conduit à l’adoption du parchemin comme principal écrit. Matériel.

Le parchemin se distingue du cuir en ce qu’il est chaulé (trempé dans une solution d’alcali qui a enlevé les poils de la peau) mais non bronzé. En tant que tel, le parchemin réagit aux changements d’humidité (partiellement hydroscopique) et n’est pas imperméable. Les parchemins de meilleure qualité sont connus sous le nom de vélin. Même à l’époque moderne, le parchemin a été qualifié de «meilleur matériau d’écriture jamais conçu», même les papiers les plus modernes n’atteignant pas la qualité du plus beau vélin.

Related posts

Pourquoi intégrer une pépinière d’entreprises ?

Odile

Solution PTI : comment bien la choisir ?

Tamby

Qu’est-ce que la formation drone afdas

Tamby

Externalisation de la formation : pourquoi ?

Tamby

5 conseils pour bien choisir son futur local commercial

sophie

Evénements : comment présenter vos plats sur un buffet ?

Claude