Image default
Santé

Tumeur osseuse : définition, cause, symptômes, traitement

Lorsque des cellules se divisent de manière anormale et incontrôlable, il arrive qu’elles forment une masse tissulaire ou une grosseur. Cette grosseur est appelée une tumeur. Des tumeurs osseuses se forment sur vos os. Lorsque la tumeur se développe, des tissus anormaux peuvent déplacer des tissus sains.

Certaines tumeurs sont dites bénignes , ce qui signifie qu’elles ne sont pas cancéreuses. Même si les tumeurs bénignes de l’os ne s’étendent pas à d’autres parties du corps, et s’il est rare qu’elles soient mortelles, elles n’en demeurent pas moins dangereuses et requièrent souvent un traitement. Une tumeur bénigne peut se développer et comprimer des tissus osseux sains.

D’autres tumeurs sont, au contraire, dites malignes , ce qui signifie qu’elles sont cancéreuses. Une tumeur maligne peut entraîner une extension du cancer à d’autres régions.

null

Les tumeurs bénignes sont plus courantes que les tumeurs malignes. Selon l’académie américaine des chirurgiens orthopédiques (American Academy of Orthopaedic Surgeons, AAOS), l’ostéochondrome est le type le plus courant. Il représente environ 35 % à 40 % des tumeurs bénignes de l’os (AAOS). L’ostéochondrome se développe surtout chez l’adolescent et le jeune adulte.

Les tumeurs se forment à proximité de l’extrémité des os longs, tels que ceux des bras et des jambes. Ces tumeurs affectent notamment l’extrémité inférieure de l’os de la cuisse (le fémur), l’extrémité supérieure de l’os inférieur de la jambe (le tibia) et l’extrémité supérieure de l’os supérieur du bras (l’humérus). En d’autres termes, elles se rencontrent d’ordinaire à proximité de l’extrémité en croissance des os longs.

Ces tumeurs sont constituées d’une combinaison d’os et de cartilage. L’ostéochondrome a été considéré comme une anomalie de croissance. Un enfant peut en développer un seul ou plusieurs.

Fibrome non ossifiant simple

Le simple fibrome non ossifiant (FNO) est un simple kyste isolé de l’os. Il s’agit du seul véritable kyste osseux. Il se développe d’ordinaire dans la jambe et affecte principalement les enfants et adolescents.

Tumeur à cellules géantes de l’os

Les tumeurs à cellules géantes (TCG) se développent agressivement. Elles apparaissent chez l’adulte, à l’extrémité arrondie de l’os, et non au niveau du cartilage de conjugaison. Elles sont très rares.

Enchondrome

Un enchondrome est un kyste cartilagineux qui se développe à l’intérieur de la moelle osseuse. Il survient souvent chez l’enfant et perdure chez l’adulte. Il accompagne fréquemment les syndromes dits d’Ollier et de Mafucci. Les enchondromes apparaissent au niveau des mains et des pieds, ainsi que des os longs des bras et des jambes.

Dysplasie fibreuse

La dysplasie fibreuse est une mutation génétique qui rend les os fibreux et vulnérables aux fractures.

Kyste anévrysmal des os

Un kyste anévrysmal des os est une anomalie des vaisseaux sanguins qui débute dans la moelle osseuse. Il croît rapidement et peut être particulièrement nocif car il affecte les cartilages de conjugaison.

OtherTypes

null

Il existe également plusieurs types de cancer producteurs de tumeurs malignes des os. Lorsqu’un cancer des os est dit primitif , cela signifie que son origine se trouve dans les os. Selon l’institut national américain du cancer (National Cancer Institute, NCI), les cancers primitifs de l’os représentent moins de 1 % de tous les types de cancers (NCI). Les trois cancers des os les plus fréquents sont l’ostéosarcome, les tumeurs de la famille du sarcome d’Ewing et le chondrosarcome.

Ostéosarcome

L’ostéosarcome, qui survient la plupart du temps chez les enfants et adolecents, est le deuxième type de cancer osseux par la fréquence. Il se développe d’ordinaire autour de la hanche, de l’épaule ou du genou. Ce type de tumeur progresse rapidement et gagne souvent d’autres régions. Les sites les plus fréquents sont ceux où l’os croît rapidement (les cartilages de conjugaison), l’extrémité inférieure de l’os de la cuisse, et l’extrémité supérieure de l’os inférieur de la jambe. L’ostéosarcome est également parfois appelé ostéosarcome ostéogénique.

Tumeurs de la famille des sarcomes d’Ewing

Les tumeurs de la famille des sarcomes d’Ewing touchent les adolescents et les jeunes adultes ; néanmoins, les enfants peuvent en être atteints dès l’âge de 5 ans. Ce type de cancer des os apparaît d’ordinaire au niveau des jambes (os longs), du bassin, de la colonne vertébrale, des côtes, de la partie supérieure du bras et du crâne. Il débute dans les cavités osseuses où est produite la moelle osseuse (les cavités médullaires). En plus de se développer dans l’os, les tumeurs de la famille des sarcomes d’Ewing peuvent également gagner des tissus mous, tels que les tissus adipeux ou musculaires, et les vaisseaux sanguins. Les sarcomes d’Ewing sont rares chez les enfants afro-américains. Les sarcomes d’Ewing sont plus fréquents chez les garçons que chez les filles. Ces tumeurs se développent et s’étendent rapidement.

Chondrosarcome

Le chondrosarcome est plus fréquent chez les personnes d’âge mûr et les personnes âgées par rapport aux autres tranches d’âge. Ce type de cancer des os se développe le plus souvent au niveau des hanches, des épaules et du bassin.

Cancer secondaire

Un cancer est secondaire lorsqu’il a débuté ailleurs dans le corps et a gagné l’os par la suite. Les personnes âgées sont en général les plus touchées par ce type de cancer. Les types de cancer les plus susceptibles de gagner l’os sont les suivants :

  • le cancer du rein ;
  • le cancer du sein ;
  • le cancer de la prostate ;
  • le cancer du poumon (et notamment l’ostéosarcome) ;
  • le cancer de la thyroïde ;

le myélome multiple.

Le myélome multiple est le type le plus courant de cancer secondaire des os. Il apparaît sous la forme de tumeurs de la moelle osseuse. Le myélome multiple touche avant tout les 50 à 70 ans.

null

La cause des tumeurs osseuse est inconnue. Les tumeurs surviennent lorsque des parties du corps se développent rapidement. Au nombre des causes possibles figurent des facteurs génétiques, la radiothérapie et les lésions osseuses. L’ostéosarcome a été lié à la radiothérapie (et notamment à des doses de rayons élevées) et à d’autres médicaments anticancéreux, en particulier chez l’enfant. La cause immédiate n’en a cependant pas été identifiée. Les personnes dont une fracture osseuse a été réparée par des implants métalliques sont également plus susceptibles de développer un ostéosarcome.

Symptômes

Une douleur sourde de l’os affecté constitue le symptôme le plus courant d’un cancer des os. La douleur, au départ occasionnelle, devient progressivement forte et permanente. Elle peut être suffisamment violente pour vous réveiller la nuit. Il arrive que, lorsqu’un patient est atteint d’une tumeur osseuse non identifiée, un accident apparemment bénin entraîne une fracture d’un os déjà fragilisé, ce qui cause une douleur violente. Les fractures de ce type sont dites pathologiques . Il arrive qu’une tuméfaction apparraisse sur le site de la tumeur.

Les tumeurs peuvent être causes de sueurs nocturnes ou de fièvres. Il peut également arriver que le patient n’éprouve pas de douleur, mais qu’il remarque une masse tissulaire nouvelle dans une région de son corps.

Il est possible qu’une personne atteinte d’une tumeur bénigne ne présente pas de symptômes et que la tumeur ne soit pas détectée avant qu’elle ne soit relevée par un scanner à l’occasion d’autres tests médicaux. Une tumeur bénigne de l’os (telle qu’un ostéochondrome) peut ne pas nécessiter de traitement, à moins qu’elle ne commence à interférer avec le fonctionnement ou les mouvements du corps.

Diagnostic

D’autres conditions, telles que des fractures et infections, peuvent parfois ressembler à des tumeurs. Pour déterminer si vous êtes atteint(e) d’une tumeur osseuse, votre médecin pourra prescrire une batterie de tests.

Le médecin commencera par vous examiner en s’attachant tout particulièrement à la région de la possible tumeur. Il s’efforcera de déterminer si votre os est sensible et d’évaluer votre amplitude de mouvement. Il vous posera également des questions sur vos antécédents médicaux familiaux.

Analyses de sang et d’urine

Votre médecin pourra prescrire des analyses, notamment de sang et d’urine. Ces fluides seront analysés en laboratoire afin de détecter les diverses protéines susceptibles d’indiquer la présence d’une tumeur ou d’autres problèmes médicaux.

Le test à la phosphatase alcaline est un outil couramment employé pour diagnostiquer les tumeurs osseuses. Lorsque vos tissus osseux forment des cellules de manière particulièrement active, des quantités importantes de cet enzyme sont présentes dans votre sang. Il est possible qu’il s’agisse d’une conséquence de la croissance osseuse, par exemple, chez les enfants ou adolescents, ou de la production de tissu osseux anormal par une tumeur. Ce test est plus fiable chez les adultes après la fin de leur croissance.

Imagerie médicale

Votre médecin prescrira sans doute des radiographies pour identifier la taille et la localisation précises de la tumeur. En fonction de ce que montreront ces radiographies, d’autres tests d’imagerie pourront être nécessaires, et notamment :

  • un tomodensitogramme, également appelée tomographie par ordinateur : elle permet de produire une série d’images détaillées de l’intérieur de votre corps, réalisées à partir de différents angles ;
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) : il est ainsi possible l’obtenir des images détaillées de la région en question ;
  • tomographie par émission de positrons : le médecin vous injecte dans une veine une petite quantité de sucre radioactif. Les cellules cancéreuses consommant plus de glucose que des cellules normales, cette activité permet de contribuer à la localisation de la tumeur ;
  • angiographie : une angiographie est une radiographie de vos vaisseaux sanguins.

Biopsies

le médecin pourra également, le cas échéant, prescrire une biopsie. Pour ce test, un échantillon de tissu de votre tumeur sera prélevé. L’échantillon sera étudié au microscope en laboratoire. Une biopsie peut être réalisée au moyen d’une aiguille creuse ou par incision.

Une biopsie par aiguille peut être effectuée au cabinet de votre médecin ou par un radiologue en conjonction avec une ou plusieurs des procédures d’imagerie ci-dessus. Dans un cas comme dans l’autre, une anesthésie locale vous sera administrée pour bloquer la douleur. Le médecin insère une aiguille jusque dans l’os et l’utilise pour prélever une faible quantité de tissu tumoral. Lorsque la biopsie par aiguille est réalisée par un radiologue, celui-ci utilise les images radiographiques, IRM ou tomographiques pour localiser la tumeur et déterminer à quel endroit insérer l’aiguille.

Une biopsie par incision, également appelée biopsie ouverte, s’effectue en salle d’opération, sous anesthésie générale, de sorte que, lors de la procédure, vous êtes inconscient(e). Le médecin pratique une incision et procède au prélèvement d’un échantillon de tissu.

La biopsie osseuse est importante et permet de diagnostiquer définitivement la condition.

null

Lorsque la tumeur est bénigne, elle mérite, dans certains cas, attention. Il arrive que les médecins souhaitent surveiller les tumeurs bénignes afin d’être en mesure d’intervenir en cas d’évolution défavorable. Ce suivi requiert du patient qu’il se présente périodiquement pour un suivi radiographique. Une tumeur osseuse peut se développer, demeurer la même ou finir par disparaître. Les chances qu’une tumeur osseuse disparaisse en mûrissant sont plus importante chez l’enfant.

Il arrive qu’une tumeur bénigne gagne d’autres régions ou évolue et se transforme en tumeur maligne. Dans la mesure où les tumeurs bénignes peuvent être à l’origine de fractures, il est possible que votre médecin opte pour l’ablation de la tumeur, même bénigne.

OtherTraitements

null

Lorsque la tumeur est maligne, une équipe de médecins travaillera à guérir votre cancer tout en préservant un fonctionnement maximum de vos organes. Bien qu’une tumeur maligne soit légitimement source d’inquiétude, le pronostic dans ce domaine s’améliore constamment au fur et à mesure que de nouveaux traitements sont élaborés et améliorés.

Votre traitement sera fonction du type du cancer des os, de sa localisation et de son extension. Lorsque les cellules cancéreuses sont confinées à la tumeur et à son environnement immédiat, le cancer est localisé. Au stade métastique, les cellules cancéreuses ont déjà gagné d’autres parties du corps. Il est ainsi plus difficile de guérir le cancer.

Les principales stratégies de traitement du cancer sont la chirurgie, les rayons et la chimiothérapie.

Chirurgie

Le cancer des os est habituellement traité par chirurgie. La totalité de la tumeur est enlevée. Le chirurgien étudie soigneusement les abords de la tumeur pour s’assurer qu’à l’issue de la chirurgie, aucune cellule cancéreuse ne subsiste. Lorsque votre cancer des os est situé dans un membre, le médecin peut pratiquer une intervention de sauvetage de celui-ci. Cela signifie que, si les cellules cancéreuses sont enlevées, vos tendons, muscles, vaisseaux sanguins et nerfs sont épargnés. Le chirurgien remplacera l’os cancéreux par un implant métallique. Les avancées réalisées en matière de chimiothérapie ont permis d’améliorer considérablement les chances de rétablissement et de survie. De nouveaux médicaments sont périodiquement mis sur le marché.

Les techniques chirurgicales ont également beaucoup évolué, ce qui accroît les chances que le chirurgien épargne vos membres. Selon l’institut national américain du cancer (National Cancer Institute, NCI), neuf personnes atteintes d’un cancer des os situé dans un membre sur 10 bénéficient d’une ablation sans amputation (NCI). Il est possible que vous ayez besoin d’une chirurgie réparatrice pour conserver des fonctions musculaires aussi complètes que possible.

Radiothérapie

La radiothérapie est fréquemment employée en conjonction avec une chirurgie. La radiothérapie à haute dose est utilisée pour réduire une tumeur avant l’intervention et tuer les cellules cancéreuses. La radiothérapie permet également de réduire la douleur et le risque de fracture.

Chimiothérapie

Lorsque votre médecin considère qu’il est probable que vos cellules cancéreuses se répandent (ou lorsqu’elles l’ont déjà fait), il peut recommander une chimiothérapie. Cette thérapie emploie des médicaments anticancéreux pour tuer les cellules cancéreuses en croissance rapide.

La chimiothérapie n’est pas exempte d’effets secondaires déplaisants, au nombre desquels des nausées, l’irritabilité, une chute de cheveux et une fatigue extrême.

Cryochirurgie

Une cryochirurgie est également possible. Ce traitement suppose de tuer les cellules cancéreuses en les gelant avec de l’azote liquide. Un tube creux est inséré dans la tumeur, et de l’azote liquide ou de l’argon est pompé dans celle-ci. Dans certains cas, la cryochirurgie peut être utilisée pour éradiquer une tumeur osseuse, en lieu et place d’une chirurgie classique.

Médecin

null

Le médecin souhaitera suivre de près votre rétablissement. Des radiographies et analyses de sang de suivi seront nécessaires pour vérifier que la tumeur a bien été entièrement éliminée et qu’elle ne réapparaît pas. Le médecin vous demandera de vous soumettre à des tests réguliers, à intervalles de quelques mois.

Vos chances de guérison seront fonction du type de la tumeur osseuse, de sa taille et de sa localisation.

De nombreuses personnes considèrent que les groupes de soutien sont utiles. Lorsqu’une tumeur osseuse est maligne, demandez au médecin de vous indiquer les ressources existantes ou informez-vous au sujet de groupes tels que la société américaine du cancer (American Cancer Society, ACS).

null

Lorsque la tumeur est bénigne, votre pronostic à long terme sera probablement bon. Il arrive néanmoins qu’une tumeur bénigne de l’os se développe, réapparaisse ou devienne cancéreuse, de sorte que vous bénéficierez de check-ups réguliers.

Le pronostic est également bon lorsque votre tumeur osseuse etc. localisée. Le pronostic varie néanmoins en fonction du type, de la taille et de la localisation du cancer, ainsi que de votre état de santé général. Dans ce cas également, une tumeur osseuse, maligne ou bénigne, peut réapparaître. Les personnes atteintes d’un cancer des os, en particulier à un âge précoce, courent un risque plus important de développer un cancer d’un autre type. Si vous présentez des symptômes ou vous inquiétez pour votre santé, informez sans délai votre médecin.

Le pronostic est moins bon lorsque le cancer s’est étendu. Il existe néanmoins des traitements et la technologie progresse sans cesse. De nombreuses personnes atteintes d’un cancer des os participent à des essais cliniques de thérapies et médicaments expérimentaux. Ces essais bénéficient aussi bien aux patients cancéreux actuels qu’à ceux qui seront diagnostiqués et traités par la suite.

Related posts

Causes de la maladie d’Alzheimer : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les protections hygiéniques bio, des alliées pendant les règles

Journal

Quels sont les avantages des produits issus de la ruche ?

Claude

Cancer du pénis (ou cancer pénien) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Perte de cheveux : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La cryolipolyse pour la hanche et la taille

sophie