Image default
Santé

Cancer du pénis (ou cancer pénien) : définition, cause, symptômes, traitement

Le cancer du pénis (ou cancer pénien) est une forme relativement rare de cancer affectant la peau et les tissus du pénis. Selon OncoLink, publication de l’Université de Pennylvanie (University of Pennsylvania), quelques 1 300 cas de cancers du pénis seulement sont diagnostiqués chaque année aux États-Unis (Wood, 2011).

Le cancer du pénis peut affecter diverses parties ou couches du pénis. Le cancer peut se propager par les tissus, les ganglions lymphatiques et le sang. Les hommes non circoncis présentent un risque plus élevé de développer un cancer du pénis.

Risques

Les hommes vivant en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud présentent un risque plus élevé de développer un cancer pénien, 10 à 20 hommes sur 100 000 étant diagnostiqués chaque année (Wood, 2011).

Les hommes non circoncis sont trois fois plus susceptibles de développer cette forme de cancer que les hommes circoncis. De plus, les hommes dont le prépuce ne se rétracte pas sont 10 fois plus susceptibles que les autres de développer un cancer du pénis.

Les autres facteurs de risque incluent :

  • une hygiène médiocre ;
  • avoir plus de 60 ans ;
  • une hygiène personnelle médiocre, en particulier chez les hommes non circoncis qui ne veillent pas à éliminer les résidus de peau, d’humidité et de smegma (substance blanchâtre résultant de la desquamation des cellules épithéliales des organes génitaux) qui s’accumule sous le pli de la peau ;
  • diagnostic antérieur d’infection sexuellement transmissible telle que le papillomavirus ;
  • tabagisme ;
  • partenaires sexuels multiples.

Symptômes

Le premier symptôme remarquable de cancer du pénis est généralement une grosseur, une masse ou un ulcère qui peut être de petite taille et d’un aspect insignifiant, ou bien qui peut se présenter sous la forme d’une grosseur ou d’une plaie infectée plus importante. Les cancers du pénis se situent généralement au niveau de la tête et/ou du prépuce et non pas sur la tige de cet organe. Autres symptômes :

  • irritations et sensations de brûlure ;
  • plaies en relief (de type verrue), plates ou avec inflammation ;
  • écoulement ;
  • saignements ;
  • rougeurs ;
  • irritation ;
  • des ganglions lymphatiques enflés au niveau de l’aine.

Diagnostic

Plus le diagnostic est établi de bonne heure, plus les chances sont élevées de parvenir à une guérison complète. Malheureusement, le cancer du pénis étant extrêmement rare, il n’est que trop fréquent que les médecins ne parviennent pas à l’identifier de bonne heure.

Les médecins procèdent généralement à un examen physique. Ils examinent le pénis et toutes lésions ou plaies en présence.

En cas de suspicion de cancer, votre médecin va normalement procéder à une biopsie de peau ou de tissus du pénis. L’anatomo-pathologiste examine les tissus afin de voir les types de cellules en présence. En cas de cancer, le médecin va souhaiter vérifier si le cancer s’est propagé. Cette démarche est réalisée par cystoscopie. Cette intervention inclut notamment l’insertion d’une petite caméra dans l’ouverture du pénis pour la transmettre jusqu’à la vessie. En outre, les médecins procèdent parfois à une IRM (examen d’imagerie) du pénis afin de s’assurer que les tumeurs n’ont pas atteint les tissus du pénis plus en profondeur.

Stades

Stades

Le cancer du pénis se déroule en six phases. Lorsque le médecin établit un diagnostic du cancer, il ou elle est en mesure de déterminer le stade atteint par la maladie. Le tableau suivant présente les symptômes caractéristiques des divers stades de ce type de cancer :

STADE

SYMPTÔMES

Stade 0

  • tumeur ou cellules cancéreuses ayant contaminé d’autres tissus ;
  • tumeur impliquant uniquement les cellules affectées par les phases initiales de la maladie ;

Stade 1

  • tumeur ayant envahi les tissus conjonctifs en dessous de la première couche de peau ;
  • le cancer ne s’est propagé à aucunes glandes, ganglions lymphatiques, ni à d’autres parties du corps ;

Stade 2

  • la tumeur a envahi les tissus conjonctifs en dessous de la peau, les tissus érectiles ou l’urètre ;
  • le cancer ne s’est pas propagé à aucunes glandes ou ganglions lymphatiques, ni à d’autres parties du corps ;

Stade 3a

  • la tumeur a envahi les tissus conjonctifs en dessous de la peau, les tissus érectiles ou l’urètre ;
  • le cancer s’est propagé à une seule glande ou ganglion lymphatique dans l’aine ;
  • le cancer ne s’est pas étendu à aucune autre partie du corps ;

Stade 3b

  • la tumeur a envahi les tissus conjonctifs en dessous de la peau, les tissus érectiles ou l’urètre ;
  • le cancer s’est propagé à plus d’une glande ou ganglion lymphatique dans l’aine ;
  • le cancer ne s’est étendu à aucune autre partie du corps ;

Stade 4

  • la tumeur a envahi d’autres structures, par exemple :

os iliaque, prostate ;

  • le cancer s’est propagé à des glandes ou ganglions lymphatiques en profondeur ;
  • le cancer s’est propagé à d’autres parties et organes du corps ;

Traitement

Il existe deux grandes catégories de cancer du pénis : invasif et non-invasif. Les cancers sont non invasifs lorsque la maladie ne s’est pas propagée au tissu pénien en profondeur. Les cancers sont invasifs lorsque la maladie a atteint le tissu du pénis et les ganglions lymphatiques environnants en profondeur.

Traitement non invasif

Les principaux traitements des cancers péniens non invasifs incluent notamment :

  • des traitements en application locale : il s’agit de chimiothérapie topique. Le médicament est placé directement sur la lésion cutanée.
  • circoncision ;
  • excision locale : le tissu cancéreux à la surface de la peau fait l’objet d’une ablation ;
  • chirurgie au laser : le laser permet d’éliminer les lésions en surface ;
  • chimiothérapie en application topique ;
  • radiothérapie : les rayons à haute énergie sont orientés directement sur la zone de la tumeur ;
  • cryochirurgie : la tumeur est congelée, puis détruite ;

traitement invasif : types d’intervention chirurgicale

L’intervention chirurgicale peut inclure une ablation de la tumeur et du prépuce, le pénis tout entier et/ou l’aine et les ganglions lymphatiques pelviens ;

L’intervention chirurgicale par excision implique une insensibilisation de la zone devant faire l’objet de l’ablation sous anesthésie locale et l’ablation de la zone dans son entier, en laissant en place une bordure de tissu sain. La peau est refermée par des points, et le tissu est envoyé au laboratoire afin de s’assurer que le cancer a été éliminé dans son intégralité.

La chirurgie micrographique de Mohs (ou méthode de Mohs ) est une méthode de traitement très détaillée dans le cadre de laquelle le médecin s’efforce de supprimer une quantité absolument minimale de tissu, tout en procédant à l’ablation de toutes les cellules cancéreuses. Il ou elle va supprimer une mince couche de tumeur, puis l’observer au microscope pour voir si elle contient des cellules cancéreuses. Cette procédure est répétée jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune cellule cancéreuse dans les couches supprimées.

La pénectomie partielle est une intervention dans le cadre de laquelle une partie du pénis fait l’objet d’une ablation. Cette approche est uniquement possible si la tumeur mesure moins de 2 centimètres. Pour les tumeurs de plus de 2 centimètres, l’ablation du pénis est totale. L’ablation totale est autrement désignée pénectomie.

Suivi

Après l’intervention, vous allez devoir effectuer un suivi tous les deux à quatre mois au cours de la première année, en particulier si les ganglions lymphatiques n’ont pas fait l’objet d’une ablation. Votre meilleure chance d’éviter une récidive consiste à vous conformer au traitement de suivi prescrit par votre médecin.

En cas d’ablation du pénis, votre cancer devra être en rémission complète depuis au moins deux ans avant que vous ne puissiez envisager une intervention de chirurgie reconstructive.

Essais cliniques

Essais cliniques

Les traitements suivants sont étudiés dans le cadre d’essais cliniques, mais ne sont pas administrés de manière ordinaire :

Thérapie biologique

Cette forme de thérapie sollicite le système immunitaire du patient pour lutter contre la maladie. Les substances produites par l’organisme ou préparées en laboratoire sont administrées en injection pour stimuler la réponse immunitaire naturelle du corps.

Agents radio-sensibilisants

Les médicaments peuvent rendre les cellules tumorales plus sensibles à la radiothérapie. Associé à la radiothérapie, ce traitement est jugé capable d’éliminer davantage de cellules tumorales.

Biopsie du ganglion sentinelle, suivie d’une intervention chirurgicale

Un milieu de contraste bleu est injecté dans un vaisseau sanguin à proximité du pénis. La teinture va s’écouler dans les ganglions lymphatiques les plus proches Les ganglions lymphatiques avec milieu de contraste feront l’objet d’une ablation et d’un contrôle pour repérage de la présence de cellules cancéreuses.

Pronostic

Votre degré de rétablissement dépendra du stade du cancer qui vous a été diagnostiqué. Si vos tumeurs se situent à des niveaux superficiels des tissus ou sur des ganglions lymphatiques peu profonds, votre pronostic sera probablement très bon. Les tumeurs qui ne parviennent jamais jusqu’aux glandes ou ganglions lymphatiques présentent des taux de guérison compris entre 80 et 100 pour cent. Cependant, si le cancer atteint en profondeur les ganglions lymphatiques dans l’aine, le taux de survie chute à un niveau inférieur à 50 pour cent dans un délai de cinq ans (Wood, 2011).

Related posts

La Scoliose congénitale

Irene

Pourquoi faire appel à un coach en développement personnel ?

administrateur

Constipation : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Incontinence par impériosité : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Eclat et brillance, les avantages d’un lissage brésilien au masculin

Web Creator

Tumeur osseuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene