Image default
Santé

Douleurs dans le bas du dos : définition, cause, symptômes, traitement

Les douleurs dans le bas du dos sont des causes fréquentes de visites chez le médecin. Selon le National Institute of Neurological Disorders and Stroke (NINDS), les douleurs dans le bas du dos constituent le deuxième problème neurologique le plus répandu aux États-Unis, et les Américains dépensent en moyenne 50 milliards USD par an pour traiter ces douleurs. (NINDS, 2012)

La plupart des douleurs dans le bas du dos sont la conséquence d’une blessure, comme des claquages ou des élongations musculaires résultant de mouvements soudains ou de mouvements dommageables, par exemple en soulevant maladroitement des objets lourds. Cependant, les douleurs dans le bas du dos peuvent également être causées par certaines maladies telles que le cancer de la colonne vertébrale, une rupture ou une hernie discale, une sciatique, des infections rénales ou des infections de la moelle épinière. Les douleurs aiguës dans le dos peuvent durer quelques jours ou quelques semaines, tandis que les douleurs chroniques dans le dos peuvent durer plus de trois mois.

Les personnes âgées de 30 à 50 ans sont les plus susceptibles de souffrir de douleurs dans le bas du dos. Ceci est causé en partie par les changements qui affectent le corps pendant le vieillissement. Lorsque vous vieillissez, le liquide contenu entre les vertèbres de la colonne vertébrale est réduit, ce qui a pour conséquence que les disques dans la colonne vertébrale sont plus facilement irrités. Le tonus musculaire est également réduit, ce qui rend le dos plus susceptible de subir des blessures. C’est pourquoi le renforcement de vos muscles du dos et l’absence de mouvements corporels dommageables sont utiles pour éviter des douleurs dans le bas du dos.

Causes

Les muscles et ligaments du dos peuvent subir des claquages ou des déchirures en conséquence d’una activité excessive. Les symptômes incluent des douleurs et de la rigidité dans le bas du dos, ainsi que des spasmes musculaires. Ces symptômes ont tendance à être atténués par du repos et par la kinésithérapie.

Blessure des disques intervertébraux

Les disques du dos sont prédisposés aux blessures, et ce risque augmente avec l’âge. L’extérieur du disque peut se déchirer ou être hernié. Une hernie discale (consistant en un déplacement d’un disque) se produit quand le cartilage enveloppant le disque fait pression contre la colonne vertébrale ou les racines des nerfs. Le coussin qui repose entre les vertèbres est poussé dans une position inhabituelle. Ceci peut causer la compression des racines des nerfs à la sortie de la colonne vertébrale et à travers les os des vertèbres. Une blessure d’un disque se produit soudainement après avoir levé quelque chose ou s’être tordu le dos. À la différence d’une entorse lombaire, la douleur produite par une blessure à un disque dure habituellement plus de 72 heures.

Sciatique

Une sciatique peut se produire en cas de hernie discale si le disque fait pression sur le nerf sciatique. Le nerf sciatique connecte la colonne vertébrale aux jambes. En conséquence, la sciatique peut causer des douleurs dans les jambes et les pieds. Cette douleur est habituellement ressentie comme une sensation de brûlure ou de picotements.

Sténose spinale

Une sténose spinale se produit quand la colonne vertébrale se rétrécit, faisant ainsi pression sur la moelle épinière et les nerfs rachidiens. La sténose spinale est causée le plus souvent par une dégénérescence des disques intervertébraux. Il en résulte une compression des racines des nerfs ou de la colonne vertébrale par des saillies osseuses ou des tissus souples, comme les disques. Les symptômes sont habituellement causés par une pression sur les nerfs rachidiens, et ils peuvent inclure un engourdissement, des crampes et de la faiblesse. Ces symptômes peuvent apparaître n’importe où dans le corps. Beaucoup de gens souffrant de sténose spinale constatent que leurs symptômes empirent quand ils sont debout ou quand ils marchent.

Courbures de la colonne vertébrale

La scoliose, la cyphose et la lordose sont des pathologies qui causent des courbures anormales de la colonne vertébrale. Il s’agit de pathologies congénitales qui sont généralement diagnostiquées chez les enfants et les adolescents. La courbure anormale fait pression sur les muscles, les tendons, les ligaments et les vertèbres, causant ainsi des douleurs et une mauvaise posture.

Autres affections

En plus des problèmes mentionnés plus haut, plusieurs autres pathologies peuvent causer des douleurs dans le bas du dos. Il peut notamment s’agir des pathologies suivantes :

  • arthrite (l’ostéoarthrite lombaire est une affection très pénible qui affecte le bas du dos)
  • fibromyalgie (douleur et sensibilité durables dans les joints, les muscles et les tendons)
  • spondylarthrite ankylosante (inflammation d’articulations entre les os de la colonne vertébrale).
  • La spondylose (arthrose lombaire) est un trouble dégénératif pouvant causer une déformation de la colonne vertébrale et affecter son fonctionnement. Bien que le vieillissement en soit la cause primaire, l’emplacement et la progression de la dégénérescence varient en fonction de chaque personne.
  • troubles des reins et de la vessie (des infections graves de la vessie peuvent causer des douleurs dans le bas du dos)
  • grossesse (en raison de la pression accrue sur le bas du dos et du changement de posture)
  • endométriose (affection pénible dans laquelle les cellules de l’utérus se développent dans d’autres parties du corps)
  • kystes de l’ovaire (poche remplie de liquide à l’intérieur ou à l’extérieur d’un ovaire)
  • fibromes utérins (tumeurs non cancéreuses dans l’utérus)
  • cancer

Tests

Tests

La plupart des médecins commencent par conduire un examen physique pour déterminer où vous ressentez de la douleur et pour juger si l’amplitude de vos mouvements est affectée. Votre médecin pourra également vérifier vos réflexes et votre réponse à certaines sensations. Ceci est effectué pour déterminer si vos nerfs sont affectés par votre problème dans le bas du dos. À moins que vous n’avez des symptômes qui vous inquiètent ou aux effets débilitants, votre médecin surveillera probablement votre état pendant quelques semaines avant de prescrire de tels tests. En effet, la plupart des douleurs dans le bas du dos sont soulagées par de simples traitements auto-administrés.

Si vous constatez des symptômes tels que le manque de contrôle de vos scelles, de la faiblesse, de la fièvre ou une perte de poids, ou si vos douleurs dans le bas du dos subsistent au bout de plusieurs semaines de traitement à domicile, votre médecin voudra peut-être vous faire subir des tests. Consultez immédiatement les urgences si vous présentez l’un quelconque de ces symptômes en plus des douleurs dans le bas du dos.

Les tests d’imagerie incluent des radios, la tomodensitométrie, l’échographie et l’imagerie à résonance magnétique (IRM), et ils peuvent être prescrits pour permettre à votre médecin de déterminer s’il existe des problèmes avec les os, les disques, les ligaments ou les tendons dans votre dos.

Si votre médecin soupçonne un problème associé aux os dans votre dos, il pourra vous prescrire une scintigraphie osseuse ou un test de densité osseuse. Un test de conduction des nerfs (électromyographie, EMG) peut être prescrit si votre médecin soupçonne un problème lié à vos nerfs.

Traitement

Des méthodes basées sur des soins auto-administrés sont suggérées pendant les 72 heures suivant l’apparition des douleurs. Appelez votre médecin si la douleur ne diminue pas au bout de 72 heures de traitement à domicile. Les soins auto-administrés incluent :

  • du repos – interrompez vos activités physiques habituelles pendant quelques jours.
  • l’application de glace – en général, les médecins recommandent d’utiliser de la glace pendant les 48 à 72 premières heures, puis de passer à l’application de chaleur ensuite.
  • pendant les 48 premières heures, il est recommandé de combiner repos, glace, compression et élévation.
  • l’application alternée de poches de glace et de coussins chauffants pour relâcher les muscles
  • des médicaments en vente libre à base d’ibuprofène ou d’acétaminophène peuvent soulager les douleurs et l’inflammation
  • parfois, se coucher sur le dos peut faire empirer la douleur ; dans ce cas, essayez de vous coucher sur le côté avec les genous repliés et un oreiller entre les jambes ; si vous pouvez vous allonger de façon raisonnablement confortable sur le dos, il est utile de placer un coussin ou une serviette enroulée sous les jambes afin de surélever les pieds et de réduire la pression sur le bas du dos
  • un bain chaud peut souvent détendre des muscles rigides et noués dans le dos
  • un massage

Traitement médical

Comme la cause du mal dans le bas du dos est généralement associée à des facteur variés, notamment des faiblesses et claquages musculaires, des nerfs coincés et un mauvais alignement de la colonne vertébrale, il existe divers traitements médicaux, dont des médicaments, des appareils médicaux et la kinésithérapie. Votre médecin déterminera le dosage approprié et choisira des médicaments en fonction de vos symptômes. Les traitements médicaux possibles pour soulager les douleurs dans le bas du dos incluent :

  • relaxants musculaires
  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • médicaments ayant des propriétés narcotiques (comme la codéine) pour soulager les douleurs
  • stéroïdes (pour réduire l’inflammation)
  • injections de corticostéroïdes
  • physiothérapie, y compris, massages, étirements, exercices de renforcement et manipulation du dos et de la colonne vertébrale

Chirurgie

Une intervention chirurgicale pourra s’avérer nécessaire dans les cas sévères. Étant donné que la chirurgie du dos peut être invasive, cette option n’est habituellement envisagée que quand toutes les autres options ont été épuisées et quand votre médecin connaît la cause de vos douleurs dans le bas du dos. Diverses procédures chirurgicales sont possibles :

  • discectomie – pour relâcher la pression sur une racine nerveuse comprimée par un disque faisant saillie ou un éperon osseux, le chirurgien retirera une petite partie de la lame vertébrale, une partie osseuse du canal rachidien
  • foraminotomie – procédure chirurgicale ouvrant le foremen, le trou osseu dans le canal rachidien par lequel sort la racine du nerf
  • Thérapie intradiscale électrothermique (IDET) – insertion d’une aiguille à travers un cathéter à l’intérieur du disque avec chauffage pendant un maximum de 20 minutes pour rendre la paroi du disque plus épaisse et rendre la partie intérieure du disque moins protubérante et soulager ainsi l’irritation du nerf
  • nucléoplastie – une sorte de baguette est insérée à travers une aiguille à l’intérieur du disque de telle sorte qu’une partie du matériau intérieur du disque puisse être retirée ; le dispositif utilise alors des ondes radio pour chauffer le tissu et le rétrécir
  • lésion par radiofréquence – façon d’utiliser les ondes radio pour interrompre la façon dont les nerfs communiquent les uns avec les autres ; une aiguille spéciale est insérée dans les nerfs et est chauffée afin de détruire les nerfs
  • fusion de vertèbres – pour renforcer la colonne vertébrale et pour soulager la douleur lors des mouvements, les disques entre deux vertèbres ou plus sont retirés, et les vertèbres adjacentes sont fusionnées au moyen de greffes osseuses et/ou de vis à métaux spéciales
  • laminectomie vertébrale – également appelée décompression médullaire, cette technique chirurgicale retire la lame vertébrale pour élargir le canal rachidien, ce qui soulage la pression sur la colonne vertébrale et les nerfs.

Prévention

Il existe de nombreuses manières de prévenir l’apparition de douleurs dans le bas du dos. La pratique de techniques de prévention peut également vous aider à réduire la sévérité de vos symptômes en cas de douleurs dans le bas du dos. Mesures de prévention :

  • exercer les muscles de votre abdomen et de votre dos
  • perdre du poids si vous êtes en surpoids
  • soulever les objets de façon appropriée, en pliant les genoux et utilisant la force des jambes
  • maintenir une bonne posture
  • dormir sur une surface ferme
  • s’asseoir sur des chaises fournissant un soutien adéquat et étant à la hauteur correcte
  • éviter de porter des chaussures à talon aiguille
  • arrêter de fumer – la nicotine cause une dégénérescence des disques intervertébraux et réduit également la circulation sanguine

Related posts

La phytothérapie ou médecine traditionnelle : sur quoi se repose-t-elle ?

Tamby

Quelles sont les prix des soins dentaires ?

administrateur

Pourquoi prendre de la gelée royale ?

Claude

Qu’est la tendinite de quervain ?

Irene

Les shampoings adaptés aux différents types de cheveux

Nathalie

le syndrome de l’essuie-glace

Irene