Image default
Santé

Maladie intestinale inflammatoire : définition, cause, symptômes, traitement

Le terme maladie intestinale inflammatoire désigne un ensemble d’affections. Les pathologies appartenant à ce groupe sont cause d’inflammation prolongée du tube digestif.

Le tube digestif comprend la bouche, l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle et le gros intestin. Son rôle consiste à dissocier les aliments, à extraire les nutriments et à éliminer les éléments inutilisables et les déchets. L’inflammation, où qu’elle survienne dans le tube digestif, perturbe ce processus normal. Ces pathologies peuvent être extrêmement douloureuses. Dans certains cas, les maladies intestinales inflammatoires peuvent être mortelles.

Types

De nombreuses maladies sont regroupées sous ce terme générique. Les deux plus courantes sont la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn. La maladie de Crohn peut être cause d’inflammation d’une partie du tube digestif. Elle affecte cependant, la plupart du temps, l’extrémité de l’intestin grêle. La colite ulcéreuse est l’inflammation du gros intestin. Son nom provient du colon, qui désigne le gros intestin. Le suffixe -ite désigne une inflammation.

Causes

La dénomination maladie intestinale inflammatoire recouvre diverses maladies. Il n’existe donc pas de cause unique. Certaines maladies intestinales inflammatoires présentent un caractère héréditaire. Leur origine peut également se trouver dans le système immunitaire.

Hérédité

Si l’un de vos parents, une soeur ou un frère est atteint de maladie intestinale inflammatoire, le risque que vous développiez à votre tour une telle pathologie est plus élevé. Les chercheurs pensent donc qu’il est possible que les maladies intestinales inflammatoires aient une dimension génétique.

Le système immunitaire

Le système immunitaire joue également un rôle dans le développement et l’évolution des maladies intestinales inflammatoires. Normalement, le système immunitaire défend le corps contre les éléments pathogènes. Une infection bactérienne ou virale du tube digestif peut déclencher une réponse immunitaire. Une inflammation du tube digestif survient lorsque le corps tente de combattre des envahisseurs. Une fois l’infection éradiquée, l’inflammation disparaît. Il s’agit d’une réaction saine.

Certaines personnes atteintes de maladie intestinale inflammatoire développent une inflammation du tube digestif en l’absence d’infection. Le système immunitaire attaque à la place les cellules du corps. Il s’agit d’une réponse auto-immune.

La persistance d’une inflammation après guérison d’une infection est un autre signe de maladie intestinale inflammatoire. Lorsqu’une personne est atteinte d’une maladie intestinale inflammatoire, cette inflammation persiste. Elle peut perdurer plusieurs mois ou années.

Risques

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) estiment qu’aux États-Unis, environ 1,4 million de personnes sont atteintes d’une maladie intestinale inflammatoire. Les facteurs environnementaux ont une incidence importante sur le développement de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse. Autres facteurs de risque :

Tabagisme

Le tabagisme est l’un des principaux facteurs de risque de développement de la maladie de Crohn. Le tabagisme aggrave également la douleur et d’autres symptômes, ainsi que le risque de complication. La colite ulcéreuse affecte principalement les non fumeurs et anciens fumeurs.

L’appartenance ethnique

Les maladies intestinales inflammatoires surviennent au sein de toutes les populations. Le risque est toutefois plus important pour certains groupes, tels que la population d’origine européenne et les juifs ashkénazes.

Âge

Dans la plupart des cas, les maladies intestinales inflammatoires se manifestent avant 30 ans. Elles peuvent néanmoins survenir à n’importe quel âge.

Antécédents familiaux

Le risque de développement d’une maladie intestinale inflammatoire est très supérieur chez les personnes dont un parent, une soeur, un frère ou un enfant est atteint d’une maladie intestinale inflammatoire.

Géographie

Le risque de maladie intestinale inflammatoire est supérieur en zone urbaine et dans les pays industrialisés. Il en est de même pour les travailleurs en col blanc. Ceci s’explique notamment par des choix de vie et le régime alimentaire. Les habitants des pays industrialisés consomment plus de graisses et d’aliments transformés. Ceci pourrait également expliquer le plus grand nombre de maladies intestinales inflammatoires dans les latitudes plus nordiques.

Sexe

De manière générale, les maladies intestinales inflammatoires affectent les deux sexes de la même manière. La colite ulcéreuse est plus commune chez les hommes. La maladie de Crohn est plus courante chez les femmes.

Symptômes

Les symptômes des maladies intestinales inflammatoires diffèrent en fonction du site et de la gravité de l’inflammation.

Une diarrhée se déclare lorsqu’une partie affectée de l’intestin peut réabsorber de l’eau.

Lorsqu’un ulcère saigne, les selles peuvent contenir du sang. Cette condition est également appelée melaena dans les selles.

L’inflammation peut également épaissir la paroi de l’intestin et bloquer le passage des matières fécales. Il peut en résulter des douleurs, crampes et ballonnements.

Les problèmes d’absorption de nutriments essentiels peuvent conduire à une perte de poids et une anémie. Ils peuvent aussi être à l’origine d’un retard de croissance ou de développement des enfants.

Les personnes atteintes de la maladie de Crohn peuvent développer des aphtes bucaux. Des fissures et ulcères apparaissent également parfois autour des organes génitaux ou de l’anus.

Enfin, les maladies intestinales inflammatoires peuvent être associées à des problèmes extérieurs au système digestif, tels que :

  • une inflammation oculaire ;
  • des troubles cutanés ;
  • l’arthrite.

Complications

Complications éventuelles des maladies intestinales inflammatoires :

  • malnutrition ;
  • cancer du côlon ;
  • fistule (une fistule est un ulcère qui perfore la paroi intestinale et ouvre un passage entre diverses parties du tube digestif) ;
  • rupture intestinale ;
  • occlusion intestinale.

Dans de rares cas, un accès violent d’une maladie intestinale inflammatoire peut constituer un choc. Un tel accès peut être mortel. Les chocs sont souvent dus à une perte sanguine à l’occasion d’un accès subit et prolongé de diarrhée sanglante.

Diagnostic

L’établissement des antécédents médicaux constituent la première étape du diagnostic d’une maladie intestinale inflammatoire. À cette fin, le médecin pose au patient des questions sur ses antécédents médicaux et ses habitudes intestinales. Un examen physique peut être suivi d’un ou plusieurs tests de diagnostic.

Échantillons de selles et analyses de sang

Ces analyses peuvent également être utilisées pour rechercher d’éventuelles infections et d’autres maladies. Les analyses de sang peuvent également parfois être utilisées pour établir une distinction entre maladie de Crohn et colite ulcéreuse. Les analyses de sang ne peuvent cependant pas être utilisées pour diagnostiquer une maladie intestinale inflammatoire.

Lavement baryté

Les lavements barytés sont utilisés pour rendre le côlon et l’intestin grêle visibles à la radiographie. Autefois fréquemment utilisé, cette pratique a été en grande partie remplacée par d’autres tests.

Rectosigmoïdoscopie et coloscopie

Lors de ces procédures, une caméra placée à l’extrémité d’une sonde mince et flexible est utilisée pour examiner le côlon. La caméra est insérée par l’anus. Ces procédures permettent aux médecins de rechercher des ulcères, fistules et autres dommages. La coloscopie permet d’explorer le gros intestin sur toute sa longueur. La rectosigmoïdoscopie permet d’explorer uniquement le dernier tiers, le côlon sigmoïde.

Il arrive parfois qu’un petit échantillon de muqueuses intestinales soit prélevé à l’occasion de ces tests. Il s’agit d’une biopsie. Un examen microscopique de cette biopsie peut être effectué dans le cadre du diagnostic des maladies intestinales inflammatoires.

Endoscopie par capsule

L’exploration de l’intestin grêle est plus difficile que celle du côlon. Pour ce test, vous devrez avaler une petite capsule contenant une caméra. Celle-ci réalise des images en se déplaçant dans l’intestin. Lorsque la capsule est expulsée dans vos selles, les images peuvent être vues sur ordinateur.

Ce mode d’exploration est utilisé uniquement lorsque d’autres tests ne permettent pas d’identifier les symptômes de la maladie de Crohn.

Film ou radiographie

Une radiographie abdominale peut être utile en cas d’urgence, lorsqu’une perforation intestinale est possible.

Tomodensitogramme assisté par ordinateur et imagerie par résonance magnétique (IRM)

Un tomodensitogramme est une radiographie informatisée. Il permet de générer une image plus détaillée qu’une radiographie standard. Ils constituent donc un moyen très utile d’exploration de l’intestin grêle. Les tomodensitogrammes permettent également de détecter des complications des maladies intestinales inflammatoires.

L’IRM génère des images du corps grâce à des champs magnétiques. Il est plus sûr que la radiographie. L’IRM permet d’examiner les tissus mous. Il est particulièrement utile pour la détection de fistules.

IRM et tomodensitogramme peuvent être employés pour déterminer quelle partie de l’intestin est affectée par une maladie intestinale inflammatoire.

Traitement

Divers traitements peuvent être utilisés pour combattre les maladies intestinales inflammatoires.

Les médicaments anti-inflammatoires constituent la première étape du traitement des maladies intestinales inflammatoires. Ces médicaments réduisent l’inflammation du tube digestif. Ils ont toutefois de nombreux effets secondaires. Au nombre des médicaments anti-inflammatoires employés pour combattre les maladies intestinales inflammatoires figurent la sulfasalazine et ses dérivés, ainsi que les corticostéroïdes.

Les médicaments immunodépresseurs empêchent le système immunitaire d’attaquer l’intestin et de causer une inflammation. Ce groupe inclut des médicaments bloquants de facteur de nécrose des tumeurs (TNF). Le facteur de nécrose des tumeurs module normalement l’activité infammatoire du corps. Ces médicaments ont également de multiples effets secondaires.

Les antibiotiques sont utilisés pour tuer des bactéries susceptibles de déclencher ou d’aggraver des symptômes de maladie intestinale inflammatoire.

Des médicaments anti-diarrhéiques et laxatifs peuvent être utilisés pour traiter des symptômes de maladie intestinale inflammatoire.

Les choix de vie des patients atteints de maladie intestinale inflammatoire sont très importants. La consommation de liquide en abondance permet de compenser la perte d’eau dans les selles. Le fait d’éviter les produits laitiers et les situations stressantes atténue les symptômes. L’exercice peut améliorer votre santé, de même que l’arrêt du tabagisme.

Les suppléments vitaminiques et en minéraux peuvent contribuer à palier aux déficits nutritionnels. Ainsi, des compléments en fer contribuent-ils au traitement de l’anémie.

Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour traiter les personnes atteintes de maladie intestinale inflammatoire. Chirurgies de traitement des maladies intestinales inflammatoires :

  • plastie intestinale destinée à remédier à un rétrécissement intestinal ;
  • suturation ou ablation de fistule ;
  • ablation des parties affectées des intestins (maladie de Crohn) ;
  • ablation de la totalité du côlon et du rectum (colite ulcéreuse grave).

Une coloscopie de routine est utilisée pour surveiller votre risque aggravé de cancer du côlon.

Prévention

Les maladies intestinales inflammatoires héréditaires ne peuvent être prévenues. Il est néanmoins possible de réduire le risque de maladie intestinale inflammatoire ou de prévenir une rechute en :

  • consommant une alimentation saine et équilibrée ;
  • pratiquant une activité physique régulière ;
  • arrêtant de fumer.

Related posts

La cryolipolyse, une méthode efficace pour maigrir

sophie

Cancer du sein : quelles options de traitement s’offrent à vous ?

administrateur

Scintigraphie thyroïdienne : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Tumeur cérébrale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Causes de la maladie d’Alzheimer : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Opticien à domicile, un nouveau métier en pleine expansion

Irene