Image default
Santé

Prévention de la maladie d’Alzheimer : définition, cause, symptômes, traitement

Il n’existe aucune méthode éprouvée pour prévenir la maladie d’Alzheimer. Cependant, le NIA (Institut national américain de recherches sur le vieillissement), ainsi que des laboratoires pharmaceutiques, des fondations et des organisations à but non lucratif participent tous à de la recherche visant à ralentir, retarder ou prévenir la maladie d’Alzheimer. Les recherches portent notamment sur les interventions et molécules suivantes :

  • formation cognitive
  • antioxydants (vitamine C, vitamine E, bêta-carotène)
  • acides gras oméga-3
  • suppléments de DHA
  • hormones, traitements pour le diabète de type 2 (l’insuline semble jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer)
  • activité physique
  • traitements cardiovasculaires.

Un essai prometteur porte sur un vaccin et a recruté 10 000 volontaires dans le monde entier. Le vaccin est connu sous le nom de bapineuzumab. Bien qu’il ne guérisse pas la maladie d’Alzheimer, ce vaccin est parvenu à empêcher, et dans certains cas à inverser, l’accumulation de plaques amyloïdes sur le cerveau. Les plaques amyloïdes sont impliquées dans la maladie d’Alzheimer. Mais il est impossible de dire si elles en sont la cause ou le résultat.

Ce que vous pouvez faire dès maintenant

Vous pouvez prendre des mesures pour réduire votre risque et gérer les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Voici quelques exemples :

Régime alimentaire

Il existe quelques données probantes selon lesquelles un régime méditerranéen peut diminuer votre risque de développer la maladie d’Alzheimer. Ce régime comprend peu de viande rouge et met l’accent sur les céréales complètes, les fruits et légumes, les poissons et crustacés, les oléagineux, l’huile d’olive et d’autres matières grasses saines.

D’autres études suggèrent que les antioxydants provenant de la nourriture affectent les changements cérébraux qui sont liés à l’âge. Par exemple, les myrtilles, les fraises et les cranberries peuvent améliorer la fonction cognitive chez les rats et les souris. Cela est vrai aussi bien chez les animaux qui vieillissent normalement que chez ceux qui sont atteints de la maladie d’Alzheimer.

Une autre étude a examiné la curcumine, le pigment principal du curcuma, une épice jaune qui est utilisée dans le curry et qui est un puissant antioxydant. Cette étude a découvert que, chez les rongeurs, la curcumine peut supprimer l’accumulation de plaques amyloïdes nocives sur le cerveau.

Gymnastique mentale

Selon une étude américaine portant sur des membres d’ordres religieux, un cerveau actif peut réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Pour cette étude, plus de 700 membres du clergé (nonnes, prêtres et moines d’un certain âge) ont décrit combien de temps ils consacraient à diverses activités intellectuellement stimulantes. Notamment, écouter la radio, lire le journal, faire des mots croisés et visiter des musées.

Après quatre ans, les personnes ayant poursuivi ces activités le plus assidument ont réduit de 47 % en moyenne leur risque de développer la maladie d’Alzheimer.

D’autres études ont constaté que les personnes qui suivent des études supérieures retiennent leur capacité de penser et de raisonner.

La pratique d’une gymnastique mentale semble créer ou renflouer votre réserve cognitive . En d’autres termes, votre cerveau développe des neurones et des synapses supplémentaires. Pourquoi cela est-il important ?

Normalement, le cerveau ne dispose que d’une voie pour transporter les informations d’un point A à un point B. En cas de barrage ou d’impasse, l’information ne passe pas. Cependant, les personnes qui développent de nouveaux modes de réflexion au moyen de la gymnastique mentale créent de multiples voies pour la communication des informations. Cela permet aux informations vitales de circuler plus facilement et rapidement.

Alors faites travailler votre cerveau. Faites des mots croisés, mettez-vous au bridge ou apprenez une nouvelle langue.

Engagement social

Des recherches incontestables suggèrent que les seniors qui passent la plupart de leur temps dans leur environnement immédiat ont près de deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer que ceux qui se déplacent plus. Cependant, ces constatations peuvent aussi refléter l’état de santé général de ces personnes. Il est donc possible de se demander si c’est la poule qui a fait l’œuf ou l’œuf qui a fait la poule ?

Néanmoins, la théorie selon laquelle un engagement actif dans le monde environnant est bon pour la santé mentale, physique et émotionnelle, est bien étayée.

Exercice d’aérobie

Quand les adultes âgés font de l’exercice d’aérobie, leur santé psychologique et comportementale s’améliore.

Par exemple, des chercheurs ont examiné la relation entre l’activité physique et le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez près de 1 700 adultes âgés d’au moins 65 ans. Ils ont découvert que les personnes faisant un minimum de 15 mn d’exercice au moins trois fois par semaine couraient un risque de développer la maladie d’Alzheimer inférieur de 35 à 40 % à celui des personnes qui faisaient moins d’exercice physique.

Tabagisme

Le tabagisme peut augmenter votre risque de développer la maladie d’Alzheimer et de démence. Cependant les habitudes de tabagisme passées ne semblent pas être un facteur. Par conséquent, si vous fumez toujours, il est temps d’arrêter. Explorez avec votre médecin les méthodes qui pourraient vous aider à le faire.

Le NINDS, un institut national américain consacré aux troubles neurologiques, suggère également d’autres actions préventives. Notamment :

Réduire les taux de cholestérol

La recherche suggère que les personnes ayant des taux élevés de cholestérol courent un risque accru de développer la maladie d’Alzheimer. Le cholestérol aide à la formation de plaques amyloïdes sur le cerveau. Les mutations d’un gène appelé CYP46 et la variante du gène APOE e4, qui ont été liées à la maladie d’Alzheimer, sont également impliquées dans la formation du cholestérol. Plusieurs études ont aussi trouvé que les statines, des médicaments qui diminuent les taux de cholestérol, sont associées à une probabilité plus faible de déficit cognitif.

Réduire la tension artérielle

Les médicaments antihypertenseurs réduisent les probabilités de déficit cognitif chez les personnes âgées atteintes d’hypertension. Une étude européenne de grande envergure a révélé que les personnes âgées de plus de 60 ans qui recevaient un médicament contre l’hypertension avaient un risque de démence inférieur de 55 %. Ces personnes avaient un risque réduit de développer la maladie d’Alzheimer et de démence vasculaire.

Contrôler l’inflammation

De nombreuses études suggèrent que l’inflammation peut contribuer à la maladie d’Alzheimer. Les autopsies de personnes décédées de la maladie d’Alzheimer révèlent une inflammation cérébrale répandue. Une étude a trouvé que les hommes dont les taux de protéine C réactive (un marqueur général de l’inflammation) étaient élevés courraient un risque accru de développer la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence.

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

L’utilisation à long terme d’AINS (comme l’ibuprofène et le naproxène) peut prévenir ou retarder la maladie d’Alzheimer. Les experts pensent que cet effet est dû à une réduction de l’inflammation. Une étude de 2003 a trouvé que ces médicaments se lient aussi aux plaques amyloïdes et peuvent aider à les dissoudre, et donc à empêcher la formation de nouvelles plaques.

Réduire l’homocystéine

L’homocystéine (un acide aminé) est un élément constitutif des protéines, qui circule naturellement dans le sang. Des études récentes indiquent que des niveaux plus élevés que la moyenne d’homocystéine dans le sang sont un facteur de risque de développer la maladie d’Alzheimer, de démence vasculaire et de déficit cognitif.

Il a été démontré qu’une alimentation riche en acide folique et autres vitamines B (comme la B6 et la B12) peut réduire les taux d’homocystéine. On ne sait pas encore si l’augmentation de ces vitamines B dans le régime alimentaire a des effets protecteurs contre la maladie d’Alzheimer.

Quelques sources alimentaires d’acide folique :

  • romaine
  • épinards
  • asperges
  • brocoli
  • feuilles de chou vert
  • persil
  • chou-fleur
  • betteraves
  • lentilles

Plusieurs sources de vitamines B6 et B12 :

  • poisson
  • viande rouge
  • pommes de terre
  • fruits autres que les agrumes
  • céréales fortifiées
  • volaille
  • œufs

Article resources

  • Albert, M. S., Dekosky, S. T., Dickson, D., Dubois, B., Feldman, H. H., Fox, N. C., et al. (2011). The diagnosis of mild cognitive impairment due to Alzheimer’s disease: Recommendations from the National Institute on Aging and Alzheimer’s Association workgroup. Alzheimers Dement.
  • Alzheimer’s Association. (2011). Press Release: New Criteria and Guidelines for the Diagnosis of Alzheimer’s Disease Published for the first Time in 27 Years. The Alzheimer’s Association, 1-11.
  • Arvanitakis, Z., Wilson, R. S., Bienias, J. L., Evans, D. A., & Bennett, D. A. (2004). Diabetes mellitus and risk of Alzheimer disease and decline in cognitive function. Arch Neurol, 61(5), 661-666.
  • Ballard, C., Gauthier, S., Corbett, A., Brayne, C., Aarsland, D., & Jones, E. (2011). Alzheimer’s disease. Lancet, 377(9770), 1019-1031.
  • Bird, T. D. (2010). Early-Onset Familial Alzheimer Disease. University of Washington, Gene Review.
  • Birks, J., & Grimley Evans, J. (2009). Ginkgo biloba for cognitive impairment and dementia. Cochrane Database Syst Rev(1), CD003120.
  • Bosco, D., Fava, A., Plastino, M., Montalcini, T., & Pujia, A. (2011). Possible implications of Insulin Resistance and Glucose metabolism in Alzheimer’s disease pathogenesis. J Cell Mol Med.
  • Boyle, P. A., Buchman, A. S., Barnes, L. L., & Bennett, D. A. (2010). Effect of a purpose in life on risk of incident Alzheimer disease and mild cognitive impairment in community-dwelling older persons. Arch Gen Psychiatry, 67(3), 304-310.
  • Boyle, P. A., Buchman, A. S., Barnes, L. L., James, B. D., & Bennett, D. A. (2010). Association between life space and risk of mortality in advanced age. J Am Geriatr Soc, 58(10), 1925-1930.
  • Brinkley, T. E., Lovato, J. F., Arnold, A. M., Furberg, C. D., Kuller, L. H., Burke, G. L., et al. (2010). Effect of Ginkgo biloba on blood pressure and incidence of hypertension in elderly men and women. Am J Hypertens, 23(5), 528-533.
  • Daviglus, M. L., Bell, C. C., Berrettini, W., Bowen, P. E., Connolly, E. S., Cox, N. J., et al. (2010). NIH State-of-the-Science Conference Statement: Preventing Alzheimer’s Disease and Cognitive Decline. NIH Consens State Sci Statements, 27(4).
  • De Felice, F. G., Vieira, M. N., Bomfim, T. R., Decker, H., Velasco, P. T., Lambert, M. P., et al. (2009). Protection of synapses against Alzheimer’s-linked toxins: insulin signaling prevents the pathogenic binding of Abeta oligomers. Proc Natl Acad Sci U S A, 106(6), 1971-1976.
  • deIpolyi, A. R., Rankin, K. P., Mucke, L., Miller, B. L., & Gorno-Tempini, M. L. (2007). Spatial cognition and the human navigation network in AD and MCI. Neurology, 69(10), 986-997.
  • DeKosky, S. T., Williamson, J. D., Fitzpatrick, A. L., Kronmal, R. A., Ives, D. G., Saxton, J. A., et al. (2008). Ginkgo biloba for prevention of dementia: a randomized controlled trial. JAMA, 300(19), 2253-2262.
  • Fillit, H. M., Butler, R. N., O’Connell, A. W., Albert, M. S., Birren, J. E., Cotman, C. W., et al. (2002). Achieving and maintaining cognitive vitality with aging. Mayo Clin Proc, 77(7), 681-696.
  • Harold, D., Abraham, R., Hollingworth, P., Sims, R., Gerrish, A., Hamshere, M. L., et al. (2009). Genome-wide association study identifies variants at CLU and PICALM associated with Alzheimer’s disease. Nat Genet, 41(10), 1088-1093.
  • Herrmann, W., & Obeid, R. (2011). Homocysteine: a biomarker in neurodegenerative diseases. Clin Chem Lab Med, 49(3), 435-441.
  • Keating, D. J., Chen, C., & Pritchard, M. A. (2006). Alzheimer’s disease and endocytic dysfunction: clues from the Down syndrome-related proteins, DSCR1 and ITSN1. Ageing Res Rev, 5(4), 388-401.
  • Ladika, D. J., & Gurevitz, S. L. (2011). Identifying the most common causes of reversible dementias: a review. JAAPA, 24(3), 28-31, 57.
  • Li, K., Dai, D., Zhao, B., Yao, L., Yao, S., Wang, B., et al. (2010). Association between the RAGE G82S polymorphism and Alzheimer’s disease. J Neural Transm, 117(1), 97-104.
  • McKhanna, G. M., Knopmanc, D. S., Chertkowd, H., Hyman, B. T., Clifford R. Jack, J., Kawash, C. H., et al. (2011). The diagnosis of dementia due to Alzheimer’s disease: Recommendations from the National Institute on Aging and the Alzheimer’s Association workgroup. Alzheimer’s & Dementia, 1–7.
  • Nation, D. A., Hong, S., Jak, A. J., Delano-Wood, L., Mills, P. J., Bondi, M. W., et al. (2011). Stress, exercise, and Alzheimer’s disease: A neurovascular pathway. Med Hypotheses.
  • National Library of Medicine. (2011). Alzheimer’s Disease. Medline Plus; U.S. National Library of Medicine; National Institutes of Health.
  • NCCAM. (2011). National Center for Complementary and Alternative Medicine: The Ginkgo Evaluation of Memory (GEM) Study. National Institutes of Health’ National Center for Complementary and Alternative Medicine.
  • NIA. (2008). Alzheimer’s Disease:  Unraveling the Mystery. National Institute on Aging; National Institutes of Heath; US Department of Health and Human Services; NIH Publication Number 08-3782, 1-43.
  • NIA. (2011). Caring for a Person with Alzheimer’s Disease; Medicine Chart. National Institutes of Health; National Institute on Aging; Alzheimer’s Disease Education & Referral Center.
  • NINDS. (2010). NINDS Alzheimer’s Disease Information Page. National Institute of Neurological Disorders and Stroke; National Institutes of Health; US Department of Health & Human Services.
  • NINDS. (2011). Dementia: Hope Through Research. National Institute of Neurological Disorders and Stroke of the National Institutes of Health.
  • Panza, F., Frisardi, V., Imbimbo, B. P., D’Onofrio, G., Pietrarossa, G., Seripa, D., et al. (2010). Bapineuzumab: anti-beta-amyloid monoclonal antibodies for the treatment of Alzheimer’s disease. Immunotherapy, 2(6), 767-782.
  • Redish, A. D. (2001). The hippocampal debate: are we asking the right questions? Behav Brain Res, 127(1-2), 81-98.
  • Reitz, C., Brayne, C., & Mayeux, R. (2011). Epidemiology of Alzheimer disease. Nat Rev Neurol, 7(3), 137-152.
  • Reitz, C., den Heijer, T., van Duijn, C., Hofman, A., & Breteler, M. M. (2007). Relation between smoking and risk of dementia and Alzheimer disease: the Rotterdam Study. Neurology, 69(10), 998-1005.
  • Seneff, S., Wainwright, G., & Mascitelli, L. (2011). Nutrition and Alzheimer’s disease: The detrimental role of a high carbohydrate diet. Eur J Intern Med, 22(2), 134-140.
  • Snitz, B. E., O’Meara, E. S., Carlson, M. C., Arnold, A. M., Ives, D. G., Rapp, S. R., et al. (2009). Ginkgo biloba for preventing cognitive decline in older adults: a randomized trial. JAMA, 302(24), 2663-2670.
  • Solomon, P. R., Adams, F., Silver, A., Zimmer, J., & DeVeaux, R. (2002). Ginkgo for memory enhancement: a randomized controlled trial. JAMA, 288(7), 835-840.
  • Traykov, L., Rigaud, A. S., Cesaro, P., & Boller, F. (2007). [Neuropsychological impairment in the early Alzheimer’s disease]. Encephale, 33(3 Pt 1), 310-316.
  • Uc, E. Y., Rizzo, M., Anderson, S. W., Shi, Q., & Dawson, J. D. (2004). Driver route-following and safety errors in early Alzheimer disease. Neurology, 63(5), 832-837.
  • Wegiel, J., Gong, C. X., & Hwang, Y. W. (2011). The role of DYRK1A in neurodegenerative diseases. FEBS J, 278(2), 236-245.
  • Wilson, R. S., Mendes De Leon, C. F., Barnes, L. L., Schneider, J. A., Bienias, J. L., Evans, D. A., et al. (2002). Participation in cognitively stimulating activities and risk of incident Alzheimer disease. JAMA, 287(6), 742-748.
  • Yu, F. (2011). Guiding Research and Practice: A Conceptual Model for Aerobic Exercise Training in Alzheimer’s Disease. Am J Alzheimers Dis Other Demen.

Related posts

La tendinopathie : qu’est ce que c’est ?

Irene

La méthode efficace pour perdre du poids

sophie

Charbon végétal activé , le meilleur agent nettoyant de votre corps

administrateur

Toxicomanie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouver une mutuelle en quelques clics en fonction des besoins

Journal

Métastase hépatique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene